Le bon, la brute et le truand



Tuco Benedictio Pacifico Juan Maria Ramirez dit le porc, le vrai héros de l'histoire, n'a pas eu une enfance facile. Sa vie même fut semée d'embuches. On n'arrêtait pas de lui chercher querelle, il avait tendance à oublier son troisième prénom. Proxénète, meurtrier, violeur de femme blanche, voleur de grand chemin, tricheur, le truand fut de toutes les expériences humaines interdites et réprouvées par la morale. Perpetuelle victime de ses contemporains, il fit la rencontre de Blondin, un ange blond qui veillait sur lui, jusqu'à ce que ce dernier décide de rompre sans préavis leur lucrative association. Le bon n'en avait que le titre.
Le truand est néanmoins rancunier. Mais les parents du truand n'auraient jamais du lui donner son deuxième prénom. Le truand n'a jamais été chanceux. C'est à Blondin qu'un mourant révéla la cachette d'un trésor. Le truand dut se faire un nouvel ami. Le truand n'avait pas beaucoup d'amis. Mais le truand était aussi un corniaud. Sa méprise sur la couleur d'un uniforme les envoya tous deux dans un camp de prisonniers yankee où ils rencontrèrent une brute, un malfaisant nommé Sentenza.
Masquotte des tortionnaires, le truand fut une nouvelle fois victime de mauvais traitements (vraiment trop injustes, car il ignorait la cachette) tandis que le bon, plus rusé, fit un marché avec la brute. Marché de dupes, car aucun des deux n'avait l'intention de partager. Le truand arriva à la cachette avant tout le monde mais le bon et la brute n'étaient pas du genre à creuser. Sous la contrainte donc, il dut creuser.
Le bon, la brute et le truand finirent leurs démélés dans un duel à trois flamboyant. Trompettes les accompagnèrent. La brute rejoint la tombe qui l'attendait.
Le truand reprit ses bonnes habitudes, au temps de son association avec le bon. La corde au cou, il dut attendre que le bon vise bien.



Tuco Benedictio Pacifico Juan Maria Ramirez, pour la première fois de son existence, tomba sur un sac d'or, mais sur la tête. Il n'eut plus besoin d'être un truand. Donzelles, bonne tripaille, bonne chaumière l'attendèrent désormais.

Aucun commentaire: