Evil dead 2



En s'attaquant à la mort diabolique première du nom, l'artisan Sam Raimi avait l'ambition du débutant : attirer l'attention en fichant les chocottes. Mission réussie, sans pour autant verser dans le malsain. La star du film : un monstre invisible véhiculé par une caméra complétement dingo.
En réalisant sa soi-disante suite (en réalité plus proche du remake), le désormais génial réalisateur avait un tout autre objectif et son ambition était toute autre : offrir un film inouï, créer un objet filmique et volant non identifié.
Pour dégraisser l'histoire (nécessaire pour parvenir à son objectif), Raimi recentrait l'action autour d'un couple, puis très vite autour du seul survivant, Ash, interprété par un Bruce Campbell véritable cartoon vivant. Ash qui est une nouvelle fois aux prises avec le démon-caméra. Ash aux prises également avec une main (la sienne) qui lui joue des tours, qui lui fait un doigt, qui prend la tangente. Ash luttant contre son reflet dans un miroir. Ash nargué et moqué par le mobilier de la cabane. Ash étant tour à tour Tom et Jerry. Et si après une demi-heure de pellicule, Raimi réintroduit de la matière, à savoir des personnages, ce n'est pas seulement pour fournir de la chair à démon, c'est surtout pour mieux martyriser Ash. Ash confronté à la fille des propriétaires du chalet, à son petit copain et à leur porteur. Ash jeté maladroitement dans la cave et qui va se frotter à sa locataire, une grosse mémère toute pourrie. Ash maximisé en lutte finale contre un démon arboricole dégoûtant (l'ex-caméra). Ash finalement aspiré dans un vortex temporel le conduisant à devenir un héros médiéval.
Dans et avec Evil dead 2, Raimi réinvente le cinéma en un regard halluciné et hallucinant, fantasmagorique et délirant.
Avec Evil dead 2, Raimi nous invite à un Tex Avery live, au pays de Cocteau (dans le royaume de la Bête) et de Ray Harryhausen (au pays de Jason).
Dans et avec Evil dead 2, Raimi réinvente le soleil, le ciel, les nuages, la nuit, la lune, le brouillard, les couleurs, les arbres, les cabanes, les ponts, les routes, les corps, les lampes, les miroirs, anime l'inanimé, redonne une seconde vie aux morts, aux cadavres sans tête, aux cerfs empaillés, aux mains amputées.
Dans Evil dead 2, Raimi est tout puissant.
Evil dead 2 demeure à ce jour le meilleur film de Sam Raimi.

Aucun commentaire: