Twin Peaks



Twin Peaks, c'est le nom d'une petite ville en apparence tranquille du Nord-Ouest des Etats-Unis, peuplée de 51201 âmes - 1 : la très belle Laura, appelée ainsi par Lynch en hommage à celle de Preminger.
Au commencement, il y a la jeune Ronette, en nuisette déchirée, divaguant sur les rails d'une voie de chemin de fer, et Laura Palmer, échouée sur la berge d'un lac, apaisée, enveloppée dans un linceul en plastique, sanctifiée par la mort.
A la fin, il y a Dale Cooper dans le monde noir, accueilli par une chanson sublime de Jimmy Scott, poursuivi et rattrapé par un double ricaneur.
Entre, il y a une enquête policière (qui a tué Laura Palmer ?), où les hiboux ne sont pas ce que l'on pense, peuplée de personnages fous ou visionnaires : un nain messager qui aime bien faire des pas de danse ("vos chewings-gums vont bientôt revenir à la mode"), un géant fournisseur d'indices, un manchot repenti, un croquemitaine volage, des shérifs membres d'une société secrète, un agent du F.B.I guidé par ses visions (Laura qui, dans un salon de feutre rouge, lui murmure à l'oreille le nom de son meurtrier).
A Twin Peaks, les personnages ont l'habitude de se retrouver au double R pour y manger de délicieuses tartes aux myrtilles et où l'on sert un café très noir, où la dame à la buche fait ses dépôts de chewings gums, où le major Briggs raconte son rêve de bonheur à son fils Bobby, où Dale Cooper raconte des blagues à la très jolie Annie Blackburne.
A Twin Peaks, les volatiles ont des choses à dire : un corbeau perché sur la cime d'un arbre (son regard, morbide et magnifique, figure celui de Lynch) qui suit Cooper et le shérif Truman dans leur (en)quête tandis qu'une douce mélopée (l'hymne à la nuit de Julee Cruise) plane sur la forêt pour les guider ; le ménate Waldo (appelé ainsi en hommage à celui de Preminger) liquidé parce qu'il en savait trop et qu'il parlait trop.
Si Twin Peaks est une série aussi précieuse, c'est parce qu'elle déconnecte le spectateur de son univers pour le faire pénétrer dans celui, fascinant, noir, ésotérique, fantastique, de Lynch.
Twin Peaks est le cauchemar le plus effrayant et le rêve le plus doux.

Les tendres rameaux de l'innocence brûlent les premiers, ces paroles sont celles de la dame à la bûche dans Twin Peaks : Fire walk with me, le film qui clôture le chemin de Laura et augure celui d'Annie Cooper.

Aucun commentaire: