L'armée des morts



A l’image de son intro, le film de Snyder n’a pas le même tempo que le film de Romero. Plus vivaces, plus difficiles à esquiver, ses zombies ont également une vision plus affutée. Pour autant, la conscience et le sens social donné par Romero à ses zombies métaphoriques font défaut à ceux de Snyder. Autrement dit, les zombies originaux avaient plus de choses à dire. Sur ce qu’ils étaient avant de déambuler le vague à l’âme. Sur les vivants qui leur avaient survécu. Sur l’humanité. Les zombies nouveaux ont désormais la rage : leur message en est d’autant plus réduit.Malgré tout, le spectacle donne froid dans le dos et dans le cerveau du spectateur, à l’image d’une fillette qui saute à la gorge de son père, d’une jeune femme qui divague nue sur le bord d’une route, d’une morte-vivante qui met au monde un nouveau-né déjà zombifié et aussitôt exécuté.

Aucun commentaire: