The Big Lebowski



L'histoire du Dude commence par un séjour dans la cuvette de ses toilettes, une méprise qui conduit aussi l'un de ses agresseurs à souiller son tapis fétiche. L'histoire s'arrêterait là si l'ami du Dude, un vétéran du Vietnam (qui ramène tout au Vietnam), l'incitait à ne pas en rester là. Eminemment cool, le Dude a en effet érigé en mode de vie la paresse suprême, la non violence extrême (le Dude est prêt à tendre les deux joues, voire plus si affinités) et la passion du bowling (un sport ludique point trop fatiguant). Un modèle pour nous autres, presque un héros (qu'est-ce un héros si ce n'est une personne à laquelle on peut s'identifier ?), mais le pire cauchemar des bellicistes en tous genres (les frères Coen, au début de l'histoire, annoncent clairement leur identité), à faire également frémir les adeptes du travailler toujours plus. Ainsi, le Dude, pour payer le pressing, décide de réclamer indemnité à son homonyme, qui l'envoie bouler, avant de solliciter son aide pour récupérer sa tendre épouse Bunny aux mains d'odieux kidnappeurs. Bunny qui est à l'origine des déboires du Dude. Bunny qui rendrait Monk fétichiste des pieds. Bunny qui propose de sucer les glands pour 1000 dollars, 100 si le secrétaire de son mari regarde. Dès lors, l'histoire se complique pour le Dude qui sera confronté à des pornographes, à une femelle en plein désir de procréation (le Dude n'est pas prêt à engendrer et fuit, autant que possible, les coïts), à son homonyme pas content qu'on ait abimé les pieds de son épouse, à des nazis de pacotille (pour les calmer, le Dude est prêt à leur donner 4 dollars) et surtout à Jésus (Quintana, accessoirement un pédophile) dans une séquence mémorable où ce dernier va, en abattant les quilles à volonté, narguer le Dude sur fond d'Hotel California gipsy à vous damner.
Au terme de l'histoire, le Dude, victime de vents contraires, se met en colère. Une colère toute passagère, le Dude ayant le pardon facile.
L'histoire du Dude emprunte parfois à celle de Jésus, le vrai.
Personne ne se fout de la gueule de Jésus...

Aucun commentaire: