Le fantôme dans la coquille



Je m'appelle Rachel...
C'est un réplicant, n'est-ce pas ?
Elle ne sait pas...
Rachel est un sujet expérimental, rien de plus...
Vous vous souvenez de l'araignée qui vivait dans les buissons, sous votre fenêtre ? Un corps orange, des pattes vertes, vous l'avez regardez faire sa toile tout l'été. Et un jour, vous y avez trouvé un gros oeuf. Et l'oeuf a éclos...
L'oeuf a éclos...
Et...
Des centaines de bébés araignées sont apparues. Ils l'ont mangé.
Ce sont des implants, ce ne sont pas vos souvenirs, ce sont des souvenirs de quelqu'un d'autre, ceux de la nièce de Tyrell...
Je ne suis pas une femme de bar...
Je ne suis pas dans le business, c'est moi le business...
Et si je pars dans le Nord, je disparais, vous continuerez à me poursuivre, à me traquer ?
Votre test de Voight Kampff, avez-vous eu l'idée de le faire sur vous ?
Je t'aime...
4 ans, il croyait. Il se trompait. Tyrell m'avait dit que Rachel était différente. Pas de limite de vie...

2 commentaires:

yves a dit…

J'aime bien cette photo que tu as choisi de Rachel: cette scène, je la fais travailler à mes étudiants, tellement je la trouve belle et suggestive (Deckard qui dort, lui qui a tout son temps, et Rachel qui elle, n'en a pas beaucoup, de temps, et qui vit, qui vibre...)

ça fait longtemps que je ne suis pas venu voir ton blog: j'avais tort!
yves

Rom a dit…

Les scènes avec Rachel sont les passages préférés de mon film préféré, et particulièrement celle où Deckard lui apprend que ses souvenirs ne sont pas les siens. Très émouvant, quand elle commence à en avoir les larmes aux yeux.