Dellamorte Dellamore Anna



L'éminemment pulpeuse Anna Falchi, dans le très beau Dellamorte Dellamore de Michele Soavi, autre exemple cinématographique, italien celui-là, où érotisme rime avec mort. Et chez Soavi, le sexe et la mort sont d'une douce mélancolie. L'association est paisible et enivrante. Ici, le gore n'est que folklore fantastique.

Rest in peace...

Aucun commentaire: