Dellamorte dellamore Anna Terzi



S'offrir est mourir un peu...
De s'abandonner dans les bras de Carlo Giordani, Anna Terzi se soustrait davantage du monde.
Ses lèvres ont beau faire mine de dire oui, ses yeux sont muets. Eteints, insondables. Déjà morts. Qui ne réfléchissent plus la lumière, ni son partenaire. Sa bouche, qui n'expire plus, mime aussi la mort.
Finita la dolce vita d'Il sorpasso.
Argento filme la mort même quand ses personnages font l'amour. Ou s'apprêtent à le faire. Argento tue son actrice sans tuer physiquement son personnage. Ni sa beauté. L'effrontée s'en est allée...

Catherine Spaak dans Le chat à neuf queues.

Aucun commentaire: