Paresseuse



Paresseuse, pourquoi restes-tu là à jouer avec tes bracelets ?
Remplis ta cruche, il est temps pour toi de rentrer à la maison.

Paresseuse, pourquoi de tes mains agites-tu l’eau, tandis que ton regard capricieux s’amuse à chercher quelqu’un sur la route.
Remplis ta cruche et rentre à la maison.

La matinée s’achève. L’eau sombre s’épanche. Les vagues paresseuses rient et chuchotent entre elles en jouant. Les nuages errants s’amoncellent à l’horizon sur les collines lointaines. Ils s’attardent paresseusement à regarder ton visage et s’amusent à lui sourire.
Remplis ta cruche et rentre à la maison.

Rabindranâth Tagore.

Aucun commentaire: