Que l'aube soit belle



Autre fameux exemple de confinement et de régression au cinéma : le Dawn of the dead de Romero. L’évolution à l’envers est ici incarnée par les morts-vivants. Mais menace tout autant les survivants. Ici, le rôle du monolithe est échu à un centre commercial géant. Comme dans le Shining de Kubrick, la civilisation tourne en rond. L’unique salut : l’échappée finale pour un autre part, fusse-t-il paradisiaque.

Aucun commentaire: