To-o kami emi tame



Dans les cieux et l’océan de Motoko,
Je me laisse aller au fil du vertige,
Avant que l’Oiseau Nue ne chante à l'aube...

Aucun commentaire: