L'oiseau au plumage de cristal



Pour danser d’autres bals elle était encore prête,
Tant la mort fut pressée à prendre un corps si beau !
Et ces roses d’un jour qui couronnaient sa tête,
Qui s’épanouissaient la veille en une fête,

Se fanèrent dans un tombeau.

Victor Hugo, Les Orientales.

Aucun commentaire: